Ah qu’il est difficile, d’écrire le moindre texte
Sans qu’un œil pointilleux, dans un mauvais réflexe,
D’un batt’ment de paupière, à tout jamais nous vexe,
Nous signalant l’oubli, d’un accent circonflexe.

Pauvre gentil Roméo, écrivant un poème
Evoquant les oiseaux et d’autres jolis thèmes,
« Cinq fautes ? » « Oui ! En cinq mots ; ‘’ ô jus liette jeux
t'ème !

Sa belle le répudiant, en criant au blasphème.

Le brave jouvenceau, pourtant fort et viril,
Voyant sa jouvencelle, le prendre pour un débile,
S’écroule, noyé de larmes, douleur indélébile,
Mettant fin, dépité, à cette tendre idylle.

A cause de simples fautes, bénigne d’orthographe,
Belle amourette meurt ; et en guise d’épitaphe,
Cupidon écrivit, avec son stylographe :
« A bas l’académie ! » Signé d’un autographe.

« Retraite ! » Retraite aux vieux, barbons vêtus de vert,
Nous imposant d’écrire, les mots à leur manière,
Bannissant fermement et très autoritaires
Le moindre petit écart, dans la langue de Molière.

Quant à vous professeurs et autres intégristes
Torturant sans vergogne, les collégiens si tristes,
Allergiques aux accords, « Vous ! Cancres récidivistes »,
Vous gagneriez vraiment, à être plus fantaisistes.

Et ceux qui nous reprennent, avec impertinence,
Quand nous nous exprimons, avec grandiloquence,
En nous trompant de mot, par simple inadvertance,
« De grâce ! » Qu’ils nous laissent, à nos insuffisances.

« Au diable l’orthographe !!! » Oui nous, pauvres prolétaires,
Ecrivons notre prose, nos rimes ou simples vers
Sans nous soucier d’savoir, combien il faut de R,
D’accents ou minuscules, pour le vocabulaire.

Luttons ensemble unis, contre l’infâme dictature
De ces accords pervers, sournoisement obscurs
Et autre subjonctif et antérieur futur,
Donnant à nos cerveaux, de sérieuses courbatures.

Militons donc tous pour, écriture phonétique,
Chacun jouant sa gamme, sa petite musique,
Sans craindre le fielleux, sourire sarcastique
Du roi de la dictée, prêt à lancer ses piques.

Et alors « Camarades », armés de nos stylos,
Sans complexe et au risque, de passer pour des sots,
Ecrivons en Français, en Verlan, en Argot,
Ignorant l’orthographe : des mots d’amour si beaux.**

Paroles de Jean-Pierre Georget, Guitares et Chant Patrick Hargous et Eric Sevry

http://www.archive-host.com/membres/up/2114282430/orthographe.mp3" target="_blank">
http://www.archive-host.com/membres/up/2114282430/orthographe.mp3

Écrit par Jean-Pierre
Jouer avec les mots
Sans se prendre pour Rimbaud !
Catégorie : poèmes d'amitié
Publié le 08/08/2006
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 08/08/2006 à 22:12:13
C'est bien vrai cela mais il faut tout de même des régles sinon on ne se comprendrait plus l'ortographe est tout de même utile même si trés difficile elle est là et c'est comme cela on ne peut rien changer à cela sinon nos petits profs de colléges comment feraient il pour nous ennuyer si ils n'avaient pas leur saleté de dictées?!?
junon
Posté le 21/08/2006 à 21:30:01
Et oui , mais bon , faut pas prendre à la lettre tout ce que j'écris !!!
Jean-Pierre
Posté le 22/08/2006 à 20:45:44
lool t'inquiéte moi non plus!
junon
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

25/07 01:16manupain
nous ici on a bouge de là, casses toi, barres toi, bon vent, oust, déguerpis, va-t-en, liste non exhaustive
25/07 02:37Alphonse Viregac
Partir d'un endroit.
25/07 02:36Alphonse Viregac
On dit aussi, Décrisser d'icitte Décâlisser d'icitte!
25/07 02:35Alphonse Viregac
Variante: Sacre ton camp, Câlisse ton camp.
25/07 02:34Alphonse Viregac
Dégage tout simplement.
25/07 01:39manupain
crist ton camp ?? ça veut dire quoi ?
24/07 09:09Alphonse Viregac
C'est ça crist ton camp!
24/07 07:39Abdel
polisson? politicien? polichinelle? Je me tire Alphonse tu peux débarrasser les couverts! Fini les dîners de cons!
24/07 12:56Alphonse Viregac
Je serais moins poli...
24/07 12:52manupain
l'important c'est pas pour qui il se prend, ça c'est sa vie, l'important c'est pour qui on le prend; et pour moi c'est un enfant insolent
24/07 12:38Alphonse Viregac
C'est vrai, il se prend pour qui?
24/07 12:29manupain
abdel, ici tu te crois chez toi, tu me tutoies et après tu nettoies, en gros devant toi je m'apitoie.
23/07 10:43Alphonse Viregac
Je ne me plains pas quand ça discute de foot.
23/07 10:21manupain
c'est sûr c'est différent, moins planant
23/07 08:58Alphonse Viregac
M'intéresse pas, trop cher pour rien, et j'suis pas amateur de sensations fortes comme tel.
23/07 07:02manupain
c'est pour les amateurs de sensations fortes, à quand le saut à l'élastique!
23/07 03:31Alphonse Viregac
C'est comme plonger tête première dans une piscine très profonde. La montée en altitude est super aussi.
23/07 03:12manupain
la chance...alor s quelles sensations ça fait ?
23/07 02:10Alphonse Viregac
Un de mes plaisirs estivaux.
23/07 01:14manupain
que nous vaut cette allusion cher Alphonse ?

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 17 invités