La métamorphose,

En lisant ces vers, ne pensez pas à Kafka
Je ne suis pas insecte, ce n’est pas mon cas
Ni ce monstre hideux, malheureux de Frankenstein
Ni même encore moins, ce génie d’Albert Einstein !

Je suis moi ! Tout simplement moi ! Cà vous surprend ?
Alors pourquoi ce titre, c’est incohérent !
Et bien non, cher lecteur, avant j’étais l’autre
Celui que je n’étais pas, mais pas un apôtre !

Un jour, j’ai ouvert les yeux ou plutôt l’esprit
Voir ce je, et voir ce moi, cela m’a surpris
Je me suis aperçu que je n’étais pas vous
Car ce je et ce vous, cela faisait nous !

Libéré de vous, j’ai découvert ce grand moi
A savoir ceci, j’étais vraiment en émoi
Il faut du temps pour être soi, mais pas vous
Entre nous, je me plais à être moi, je l’avoue !

Le marché,

Le Diable déguisé, affublé d’oripeaux
Errait dans les sentes et ruelles, du vieux bourg
Il marchait d’un pas lent, entra dans un tripot
Deux chiens près de l’âtre, se tirer la bourre.

L’endroit semblait glauque, malsain, mal fréquenté
Une faune étrange s’agitait dans ce lieu
Serré dans les bras d’une catin édentée
Un grand gaillard semblait être à mille lieux.

D’un coup de pied, la ribaude bascula
En geignant par terre, buvant un mauvais vin
L’homme soûl commença à faire son postulat
Déclamant sa haine, envers les écrivains.

Le sort était contre lui, se plaignait de tout
Ruiné, trahi en amour, en voulait à sa femme
De l’avoir quitté, c’était son orgueil surtout
Qui en prenait un coup, maudit soit cet infâme.

Le maître des enfers, écouta son sermon
S’attabla à ses côtés, proposa à boire
A l’infortuné, ne reconnaissant le démon
Accepta pour un pot, de narrer ses déboires.

En prenant pitié de ce pauvre manant
Pour une bouteille d’eau de vie, quelques toasts
Le marché fut conclu et signé par le sang
Le malin emporta l’âme du docteur Faust !

L’immortel,

Suis-je encore un humain ? Moi ! Cet immortel
Je ne peux pas mourir, mais le droit de souffrir
Pourquoi avoir vendu mon âme ? Un mortel
Qui avait la peur d’être en terre et de pourrir !

Que vaut la vie, si l’on ne peut subir la mort
Vivre oui ! Mais faut-il avoir l’éternité
Pour se sentir heureux ? Sans regrets, ni remords
J’ai accepté un pacte, quelle absurdité !

Le prix ? Un peu de mon sang, sur un parchemin
Plus de soucis de santé et de maladie
Libre de tous les maux, c’était le bon chemin
Car je pensais avoir trouvé le paradis !

Hélas ! Le temps qui passe, fut mon ennemi
J’avais omis un détail, du contrat rempli
Les souvenirs de mes parents et mes amis
Aidez- moi à oublier, je vous en supplie !

Écrit par CRO-MAGNON
L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit ! Aristote. J'affirme que mes doutes me font réfléchir ! Cro-Magnon
Catégorie : poèmes d'amitié
Publié le 18/06/2017
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 18/06/2017 à 09:21:25
enfin cloporte avoue que tu parles de toi !
forcément
et bisou très chaud aujourd'hui
finalement un poème à la fois c'est déjà beaucoup !
marinette
Posté le 18/06/2017 à 20:16:58
Merci Marinette
CRO-MAGNON
Posté le 18/06/2017 à 23:53:23
Ma préférence à moi, le premier ! À la lecture, il nous emberlificote lol. Bravo Cro.
suane
Posté le 19/06/2017 à 17:51:57
Merci Suane.
CRO-MAGNON
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

12/12 09:13yubanca
Bonjour ...matin plein d'espoir...le s muses crient la victoire du soleil
12/12 06:36lefebvre
Bonjour, ce matin la poésie de la pluie hivernale fait pleurer les muses et le grand vent balaye les mots enchanteurs.
11/12 07:44grele
Belle soirée à tous les poètes :) Que la nuit vous inspire de jolies créations...
11/12 07:06grele
Coucou Olivier, il y a eu des grêlons hier à Metz... :) Mais aujourd'hui tout est balayé par la pluie
11/12 06:58CRO-MAGNON
Bonjour Marine, pas de grele mais de la neige par chez moi !
11/12 06:32Olivier RACHET
Bonsoir ami(e)s de la poésie... Bonne semaine, aussi agréable qu'inspirée.
11/12 08:35yubanca
Bonjour Daniel bonjour Jacou ...bonjour le monde de la poesie d'ici et d'ailleurs. ..
11/12 07:59jacou
Bonjour Daniel...
11/12 07:58jacou
Bonjour les poètes, c'est un début de semaine qui s'annonce inspirée !
11/12 06:54lefebvre
Je vous souhaite à toutes et a tous une très bonne semaine poétique...av ec du soleil !
10/12 04:59lefebvre
Bonsoir, moi je suis venu deux fois ce matin et une fois ce soir, rien qu'à moi seul j'ai fait trois connexions.
Si tous les habitués font comme moi, cela diminue de beaucoup le nombre des visiteurs non inscrits.
10/12 03:16grele
C'est un grand mystère que vous pointez... En tout cas message aux anonymes s'il existent : n'hésitez plus, inscrivez-vous ! On attend que de lire votre plume... :)
10/12 02:27yubanca
Bonjour ...moi je crois au 43 affiché...ils sont les futurs inscrits et quelques anciens qui passent discrètement ...peut être ; )
10/12 11:14feuille_au_vent
Salut Daniel, oui, je n'y crois pas aux 50 affichés... ou alors il doit y avoir des bots
10/12 11:11lefebvre
Bonjour, Jonathan, en fait tu ne dis pas n'importe quoi, il serait bon de connaître le nombre de visiteurs sur le site.
10/12 08:32feuille_au_vent
moi aussi je vais me taire au lieu de dire n'importe quoi ^^
10/12 08:25feuille_au_vent
Donc taisez vous, que l'on puisse penser que vous êtes nombreux
10/12 08:24feuille_au_vent
Il ne doit pas y avoir grand monde qui nous lis en fait...
10/12 08:22feuille_au_vent
Tant pis pour la pudeur, elle ne fait rien de bon.
10/12 08:21feuille_au_vent
Ceux qui nous lisent en silence sans écrire, je suis sûr que vous avez tant de chose à graver vous aussi :)

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 52 invités