Saloperie de guerre !

Ils ont trouvé la mort, ils ont trouvé la gloire
Les soldats des tranchées sont tombés en héros
Ces hommes étaient heureux, mais un jour sans un mot
La guerre est déclarée, ils ne pouvaient y croire.

Ils sont partis dans leur uniforme rutilant
Laissant femmes et enfants, leurs parents et amis
Des pleurs et des larmes pour un au revoir, des vies
Se séparent, une déchirure qui s'ouvre dans leur sang.

Ils se terraient dans des trous, la boue jusqu'au cou
Des gueux en guenilles, des hommes ou des animaux
Ils n'ont plus l'air humain, la guerre a mis K.O.
Ces êtres, montant à l'abattoir, ils meurent debout.

Un ciel bas, des rues noires, des maisons délabrées
Le spectre de la guerre hante dans la ville habitée
Quand la terre est changée en un ruisseau de sang
Le chaos et le mal sont les plaies du néant.

Dans l'enfer des combats, un soldat est tombé
Le fusil à la main, l'ennemi l'a tué
Il gît dans la boue, la face vers le ciel, la mort
Fauche les hommes qui meurent avec du fer dans le corps.

Dans les tranchées, au fond des trous, les armées
Sont prêtes, prêtes à périr pour la patrie, aimée
Et adorée, elle prendra la vie des enfants
Qu'elle a fait naître, pour satisfaire ses vils penchants.

L’enfer, du fer et du feu, du sang et la mort
Terré comme un rat pour ne pas crever ce soir
La boue recouvre ma peau, je pue, tout mon corps
Exhale l’odeur des cadavres, j’ai peur du noir.

L’instant est venu, je vais monter à l’abattoir
Sortir de ce trou, courir droit vers l’ennemi
Je ne pense pas, j’ai froid, perdu tout espoir
Je sens la mitraille frôler mon âme, ma vie.

J’avance, je vois tomber, mourir autour de moi
Un cri ! Un enfant de vingt ans à l’agonie
Il pleure et réclame la mort, c’est l’effroi
L’horreur totale, la guerre, utopie et folie !

J'ai hurlé ma douleur, j'ai imploré la mort
Et je crie maintenant, aux portes de l'agonie
Les horreurs de la guerre qui ont mis dans mon corps
La semence maudite engendrée par l'ennemi.

J'ai pris les armes, la patrie était en danger
Il fallait la sauver et pour la liberté
Des hommes allaient mourir, tués et foudroyés
Par les balles, des balles qui fauchaient l'âme des damnés.

Et moi aussi, je suis tombé au champ d'honneur
Donnant ma vie et mes vingt ans pour abreuver
De mon sang, la terre meurtrie qui porte jusqu'au cœur
De la folie, les plaies des soldats apeurés.

La terre rougit du sang frais des combattants
Ils meurent debout, ces soldats, le cœur battant
Pas le temps de vieillir, de bâtir l’avenir
Il faut vaincre, tuer l’ennemi ou périr.

La guerre est une horreur, désespoir de la vie
Vous ! Chair à canon pour sauver la patrie
Soyez fiers, je vous le dis, vos fils sont morts
En héros, et heureux, si l’on vous rend les corps.

Sur le cercueil fleuri, le jour des funérailles
Vous poserez avec soin, la belle médaille
Quel grand honneur de recevoir un tel présent
Mais pour vous, cet enfant, sera toujours absent !

Écrit par CRO-MAGNON
L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit ! Aristote. J'affirme que mes doutes me font réfléchir ! Olivier WERBROUCK
Catégorie : poèmes d'amitié
Publié le 16/04/2018
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 16/04/2018 à 15:13:20
quel déchirant plaidoyer avec une force de récit intense merci olivier
romantique
Posté le 16/04/2018 à 22:06:38
Hommage à ce très beau poème, d'une vigueur qui m'impressionne dans sa dénonciation de l'absurde sort qui fut celui de tous ces jeunes hommes conviés à l'abattoir, sans espoir, si ce n'est le hasard de la survie. Chacun de tes vers a son sens, aucun n'est gratuit, et c'est une belle leçon de souffle poétique, non de la force mais de la conviction. La douzième strophe, je la sélectionne, car c'est la plus belle :

"Et moi aussi, je suis tombé au champ d'honneur
Donnant ma vie et mes vingt ans pour abreuver
De mon sang, la terre meurtrie qui porte jusqu'au cœur
De la folie, les plaies des soldats apeurés."

Elle souligne, à elle seule, tout le désespoir et toute la fatalité qui a pesé sur ces jeunes hommes valeureux du passé pas si ancien. Quant au titre, il dit tout !
Poème superbe, je le place en favori !
jacou
Posté le 16/04/2018 à 22:39:25
Magnifique ! La fin est déchirante mais magistrale. Bravo Cro, tu excelles dans ce thème. Tu gagnes la bataille haut la main !...La maîtresse en maillot de bain...mdr !
suane
Posté le 22/04/2018 à 09:56:55
Merci pour vos commentaires
CRO-MAGNON
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

19/12 08:19Yuba
Bonjour dans la lueur sillencieuse ...de cette aube précieuse...
18/12 10:40Yuba
Bonjour chers amis et chères amies...oui, la force poésie peut atténuer le froid ...
18/12 09:33jacou
Bonjour poétesses, poètes, que la force poétique soit avec vous !
18/12 07:31lefebvre
Bonjour la poésie et ses illustres représentants
17/12 09:39Yuba
Merci à vous Daniel et Georges , à mon tour de vous souhaiter et à tous nos poètes une agréable journée et bon début de semaine : merci de la vie que vous insuffler au site par vos créations :)
17/12 08:53lefebvre
Bonjour à toutes et à tous, je vous souaite une belle semaine poétique.
Bonjour Georges
17/12 08:27jacou
Bon début de semaine, bonjour les poètes qui défrichez les sentiers de créations.
16/12 10:25Yuba
Bonjour marinette , Daniel et Georges ..excellent dimanche à toutes et tous :)
16/12 09:54marinette
bonjour à vous tous
16/12 08:42lefebvre
Bonjour Georges et bon dimanche à toutes et à tous
16/12 06:28jacou
Bonjour aux mamans poésies, aux papas poèmes, et à leurs enfants les quatrains tout fous. Bon dimanche !
15/12 12:06jacou
Bonjour Assia et Daniel. Les PC prennent parfois la clé des champs...
15/12 10:38lefebvre
Bonjour, les poètes, mon PC avait des maux, ce qui m’interdisait d’exprimer les miens… de mots.
15/12 10:00Yuba
Bonjour et agréable samedi aux uns et aux autres ...sur vos rails poétiques s'en ira Décembre :)
15/12 06:24jacou
Bonjour ami(e)s, vous que la poésie passionne, inspire, éclaire.
14/12 11:04Yuba
Bonjour Georges , bonjour à toutes et tous qui réveillez le chant des muses ...
14/12 10:15jacou
Bonjour à vous tous qui incarnez la poésie au beau visage humain.
13/12 04:03grêle
Bonjour à tous les poètes et poétesses au coeur rempli de belles images d'évasion
13/12 08:20jacou
Bonjour Assia. Bonjour à vous tous, qui poétisez dans les tempêtes !
13/12 07:52Yuba
Bonjour le Monde ...sourions à la pluie ,au vent à la vie :)

Qui est en ligne

  • Modérateurs :
  • jacou
  • Et aussi :
  • 70 invités