Rentrer dans la marine était son rêve cher
Ce fut réalité sa dix-huitième année
Devenu matelot pour étreindre la mer
Il s’éloigna gaiement sur les vagues salées

Il découvrit le monde avec l’aide des vents
Connut bien des climats, fut brave dans les peines
Faillit mourir cinq fois, sur tous les océans
Faisant la fierté du buriné capitaine

Dans un bar de Venise, un jour de permission
Il tomba amoureux d’une italienne exquise
Mais noyant son émoi dans l’excès de boissons
Il fut emmené en cellule où l’on dégrise

Prisonnier comme un rat le preux navigateur
Ne revint pas à temps rejoindre son navire
Qui prit large sans lui, le croyant déserteur
Alors qu’il dessaoulait dans un ivre sourire

Son amour envolé pareil à son bateau
L’homme se trouva seul sans aucune ressource
Pris de nécessité il devint un escroc
Et fort de son succès remplit vite sa bourse

Envouté par l’étrange onde du Grand Canal
Il dépensa son or pour acquérir gondole
Puis mena jour et nuit, par temps beau ou glacial
Sur l’eau les amoureux déployant leurs corolles

Un soir qu’il errait tard, dans la pale clarté
D’une ronde lune caressant les ruelles
De Venise endormie, des officiers armés
Le jetèrent au sol et de leurs voix cruelles :

« Nous t’avons retrouvé, escroc et déserteur,
Tu vas finir ta vie enchaîné dans un bagne ! »
Alors il hurla son effroyable malheur
Comme les ouragans ravageant les campagnes

Alarmée par le cri fendant le calme azur
Une femme effrayée penchée sur sa fenêtre
Reconnut dans les rais du tendre clair-obscur
Le marin scandaleux ayant conquis son être

Le voyant malmené et bientôt menotté
Elle joignit à ses cris le bruit de sa vaisselle
Brisée contre les murs faiblement éclairés
De sa maisonnée de petite jouvencelle

Les soldats agressés par cet affreux concert
Restèrent interdits et lâchèrent leur proie
Qui fondit dans la nuit comme dans le désert
Fondent les mirages que la raison foudroie

« Oh je t’ai reconnue, mon amour à jamais
Installé dans mon cœur. Tu m’as sauvé la vie !
Je jure devant Dieu que je reviendrai
Pour te livrer mon âme à ton âme asservie ! »

Ainsi résonnèrent jusqu’à la nuit des temps
Les éternels échos de la belle promesse
Que l’amoureux transi au loin disparaissant
Fit sans se retourner à sa douce princesse

Écrit par Verdon
Aller toujours plus loin, descendre toujours plus profond, monter toujours plus haut
Catégorie : poèmes d'amour
Publié le 17/06/2017
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 17/06/2017 à 10:43:40
Un joyeux poème bigaré de couleurs.
eric
Posté le 17/06/2017 à 23:19:10
Superbe poème romantique ! Se lit avec la passion des beaux vers et des grands sentiments !
jacou
Posté le 19/06/2017 à 12:52:46
Aventures et sentiments s'entremêlent dans ce magnifique poème ! Merci Verdon pour cette belle lecture.
suane
Posté le 20/06/2017 à 00:59:45
Heureux de lire vos commentaires eric, jacou et suane, et merci!
Verdon
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

21/10 06:53eliosir
Je vous souhaite le bonsoir et mon foie vous dit adieu!
21/10 06:49CRO-MAGNON
Salut auguste Saint-Germain !
21/10 06:47eliosir
Oui, déjà un peu après le premier repas, le suivant ce soir va être encore plus extrème. Demain, je serai frais comme un hareng saur.
21/10 06:46CRO-MAGNON
T'as la gueule de bois lol
21/10 06:46eliosir
ça s'annonce bien, sanglant et chaud comme la braise ce poème!
21/10 06:44eliosir
OK Olivier, je termine tout cela demain entre deux cachets pour digérer.
21/10 06:42CRO-MAGNON
ELIO j'ai ecrit la 1ere partie de notre trio voir en MP, Jacou prend la seconde.
21/10 06:42yubanca
Merci Eliosir
21/10 06:39eliosir
Merci Yubanca et bravo pour votre beau poème que j'ai apprécié.
21/10 06:34yubanca
Agreable fin de journée de samedi à tous...et belle soirée pour ceux qui festivent...c hez moi une soirée au calme ...
21/10 12:20eliosir
Bon appétit à tous. Lefevre, une bien belle région que celle où se marient l'air, le liquide, la terre et la chaude folie qui va avec.
21/10 12:06jacou
Bon appétit à tous ceux qui vont se restaurer !
21/10 12:04eliosir
Je finirai demain le trio donc . Cela fait 34 ans que je bouffe des gosses dans mon boulot, je devrais réussir à composer avec ça.
21/10 12:02eliosir
Oui, les grandes occasions. Je vais festoyer à midi en famille et dans un restau ce soir pour les 80 ans de mon père. Demain, repos stomacal.
21/10 11:59jacou
Bon, si nous voulons composer un trio, laissons Olivier commencer, il sait dessiner une scène prenante...
21/10 11:58lefebvre
eliosir, le Champagne c'est chez moi , un brut Aubois, il n'y a rien de meilleur
21/10 11:57jacou
Le champagne des grandes occasions.
21/10 11:56jacou
Moloch : divinité cananéenne, sacrifice d'enfants pas le feu...
21/10 11:54eliosir
Ce sera plutôt champagne aujourd'hui Olivier.
21/10 11:51jacou
Voilà de quoi booster notre imagination.

Qui est en ligne

  • Membres :
  • suane
  • Modérateurs :
  • jacou
  • Et aussi :
  • 46 invités