Les cheveux grisonnant, portant peaux d'animaux
Seulet dans sa caverne entourée d'oliviers
Vous l’entendrez hurler, comme font les poivrots,
En tenant un silex dans ses poings contractés :
« Je suis un vrai génie ! Vous êtes tous des sots !
Je suis meilleur que vous ! Vous niez l’évidence ! »
Vaniteux, misanthrope, il a des maux de dos
Nourrissant son aigreur teintée de décadence.
Mais cela n’est pas tout, ce n’est que le début
Figurez-vous, lecteurs, qu’attiré par les hommes,
Ce qui, dit en passant, n’en fait pas un rebut
Le voilà entiché d’un sombre petit gnome.

Ce dernier est hideux, que dis-je monstrueux
Sa tête difforme ressemble à une ampoule
Qui ne brille jamais et qui sonne bien creux
Tant et si bien que nul ne le voit sans cagoule.
Son visage est caché mais l’affreux est bavard
Il aime provoquer, riant comme une hyène,
Dissimulé dans l’ombre ou dans l’épais brouillard
Et se combat lui-même ainsi qu’un schizophrène.
De loin vous l’entendrez comme un gorille en rut
Invoquant son sang bleu, se frappant la poitrine
Croyant vous faire peur, prenant des airs de brut
Avec son corps chétif et sa voix de tantine

Le soiffard est pervers et manipulateur
Pour faire du puceau un triste acteur de cirque
Il use sans pudeur de propos très flatteurs
Travestissant son troll en pantin pathétique.
L’idiot reconnaissant, pour plaire à son mentor
En fait chaque jour plus, s’enfonçant dans l’abîme
Qu’il préfère sans doute à son reflet retors
Oubliant que son jeu ne vaut pas un centime.
L’un vivant de l’autre et l’autre vivant de l’un
Ils forment un couple ressemblant aux gargouilles
Grimaçants et jaloux, repoussants et vilains,
Représentant chacun la lignée des fripouilles

Au fond sont-ils à plaindre ou plutôt à punir ?
Un peu des deux peut-être. A vous bibliophages
D’y songer sainement et sans vous départir
De votre poésie, aussi belle que sage.
Quant à moi maintenant je prends un petit bain
S’envolent joliment depuis l’eau douce et chaude
Des bulles arc-en-ciel qui fondent dans ma main
Tels d'insaisissables magiques émeraudes.
Au-dehors dans la nuit chantonne un vent léger
Bercés par son souffle des nuages s’enlacent
Nous rappelant ainsi par leur tranquilité
Que quand les chiens aboient la caravane passe.

Écrit par Verdon
Plaisir d'écrire et de partager
Catégorie : poèmes divers
Publié le 05/12/2017
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 05/12/2017 à 17:28:14
J'aime énormément, un tour de force à mon avis !
Galerion
Posté le 05/12/2017 à 20:59:06
Verdon c'est un poème intéressant. Deux hommes qui ont une certaine ressemblance et qui s'assemblent. Le pantin est peut-être une victime mais quelque part il se sent supérieur lorsqu'il côtoie cet homme retors. Prendre un bain après fait oublier ce duo peu ordinaire.
roserose
Posté le 05/12/2017 à 23:36:28
Verdon, vous nous présentez dans votre ambitieux poème deux créatures aussi pathétiques l'une que l'autre, et qui se sont bien trouvées, en Bouvard et Pécuchet de la laideur, larrons en foires comme culs et chemises s'entendant... Un bon bain en conclusion décrasse l'âme sympathique qui en a pris un coup.
jacou
Posté le 06/12/2017 à 07:50:59
Ces deux énergumènes font peur à voir...Les 8 derniers vers sont superbes, confort et ambiance au rendez-vous, j'adore ! Un très bel écrit, merci Verdon pour ce relaxant bain de minuit.
suane
Posté le 06/12/2017 à 19:44:12
Merci Galerion! Un tour de magie ou un tour de force? A vous de voir

Roserose: à la fois victimes et coupables l'un et l'autre, et en premier lieu de leur bêtise

Jacou: s'ils continuent à suivre cette pente, je doute qu'ils puissent faire, eux, de bons copistes

Suane: tout le plaisir est pour moi

Merci à tous d'avoir apprécié, pour divers motifs, ces portraits dignes d'une galerie des horreurs vus depuis un bain relaxant, tendres poètes
Verdon
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

14/12 11:56grele
Merci à tous, gros bisous :*
14/12 11:42yubanca
Joyeux anniversaire Marine :)
14/12 10:57lefebvre
Bon anniversaire Marine et plein de bisous
14/12 09:13CRO-MAGNON
Bon anniversaire marine
14/12 08:49grele
Belle journée les poètes(ses) :)
14/12 08:33jacou
Bonne journée à tous en poésie !
14/12 06:41lefebvre
Bonjour, sans soleil et bien arrosé.
13/12 11:06yubanca
Je vous envoie plein de soleil...moi c'est la neige qui manque un peu beaucoup passionnément à la folie .....
13/12 07:29grele
Bonjour Daniel, moi je garde les volets fermés pour l'instant :)
13/12 07:16lefebvre
Bonjour, triste matin d'hiver
12/12 09:15yubanca
Ravie de te revoir par ici Zeste :)
12/12 06:56zeste
que du bonheur
12/12 06:56zeste
heureux de revoir ce jolis monde qui me manque c'est comme rentrer chez soi, heureux de faire votre connaissance chère grele heureux de savoir mes poèmes te plaire
12/12 06:55grele
Belle soirée zeste, au plaisir de vous lire... :)
12/12 06:53grele
Enchantée de faire votre connaissance :) J'aime beaucoup vos poèmes...
12/12 06:52grele
(C'est toujours beau l'amitié, même virtuelle... )
12/12 06:52zeste
c'est vrai chère grele yubanca aussi me manque et d'autres amis que je ne vois plus depuis mon absence
12/12 06:40grele
Bonjour Zeste, je crois que c'est Jacou qui sera content de vous revoir, j'ai déjà lu vos poèmes en cliquant sur "un poème au hasard" et Jacou les commentait souvent :)
12/12 06:38zeste
une longue absence me séparra de vous
12/12 06:37zeste
bonjours mes chers amis

Qui est en ligne