Regarde sa robe flotter bleue dans le vent,
Son ourlet d’écume se tordre à l’horizon,
Son ventre d’algues et de sel en pulsation
Jette sur la plage ses fragiles enfants.

Regarde ses loups blancs qui hurlent sur la lame
Quand la tempête mord la lagune sauvage,
Ses vagues emportent les longs cris des naufrages
Dans un ciel tout sanglant où vont mourir ses flammes.

Regarde le soleil plonger dans ses flots sombres
Pour éclairer au fond le royaume des ombres
Tandis que vient la nuit en sournoise panthère
Planter ses griffes nues sur le sable désert.

Regarde ce miroir où se mire ton âme,
Tes furieuses passions et tes crimes infâmes,
Tes tendres abandons, tes peines insondables,
Toi, pauvre humanité au destin improbable.

A Charles Baudelaire.

Écrit par banniange
Quand le soleil de la culture est bas sur l'horizon,même les nains projettent des ombres de géant!
Catégorie : poèmes divers
Publié le 13/07/2017
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 13/07/2017 à 09:17:34
tu es son digne disciple
grandiose !
bise
marinette
Posté le 13/07/2017 à 10:47:21
Merci marinette pour ce commentaire qui me va droit au coeur! Je vois que tu as été fort active sur le site, là où j'étais au fin fond de la Provence y avait pas de wifi et c'est parfois bien comme ça à te lire!
banniange
Posté le 13/07/2017 à 11:05:12
veinard je ne sors plus de mon trou
tu m'as manqué
marinette
Posté le 14/07/2017 à 01:20:12
Vous avez un destin de poète, Banniange, c'est indéniable. Aux côtés de Baudelaire et vous, je suis une petite souris...Bravo en tout cas !
suane
Posté le 15/07/2017 à 09:39:42
Merci Suane de votre lecture toujours bienvenue!
banniange
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

24/09 10:43Comtedesaintgermain
Je dois assister le Colosse, il y a des ennemis en vue.
24/09 10:42Comtedesaintgermain
Place à la Poésie mes amis : régalez-nous de vos féeries.
24/09 10:41jacou
Forcément...
24/09 10:40Comtedesaintgermain
Vous tournez autour du pot.
24/09 10:39jacou
Salut Cro !
24/09 10:38CRO-MAGNON
Je m'en vais de ce pas muser et m'amuser quelques moments, à vous revoir tantôt chers amis !
24/09 10:38jacou
Entre St-Hyacinthe, le C. des Bauges et A.-le-Jeune.
24/09 10:38Comtedesaintgermain
Pourquoi ce N patronyme d'un illustre personnage ?
24/09 10:37Comtedesaintgermain
Je ne le pense pas. G suivi de N et non de G
24/09 10:37jacou
Que j'essaie, Comte, de voir plus clair en vous.
24/09 10:35CRO-MAGNON
Gaël Germain
24/09 10:34Comtedesaintgermain
Sérieusement.
24/09 10:34Comtedesaintgermain
Vous avez écrit G suivi de N que cela signifie-il ?
24/09 10:32Comtedesaintgermain
Oui la Poésie martyre des cités.
24/09 10:31jacou
Bon, revenons à la poésie, maintenant... "Dans Arles, où sont les aliscams..." (Paul-Jean Toulet)
24/09 10:28Comtedesaintgermain
Je reprenais un des protagonistes de sa citation : je me voyais mal dire dans le dos comme un écureuil, toutefois j'aurais pu tout aussi bien dire qu'elle me casse les noisettes.
24/09 10:26Comtedesaintgermain
j'ai N Cad ?
24/09 10:24jacou
Oh ! Elle n'a pas été méchante, monsieur G.N...
24/09 10:23Comtedesaintgermain
De plus elle m'a critiqué pendant mes ablutions, dans mon dos comme une vipère.
24/09 10:22Comtedesaintgermain
Pas comprendre LA FRANCE !!!

Qui est en ligne