Volez, planez, très haut, dans l’éther insondable,
Emportez nos rêves sur vos ailes nacrées,
Que tous ces nuages où s’enfuient les années
S’en reviennent un jour chargés d’antiques fables.

De ce roi de Thulé et de sa coupe d’or,
Où brillait l’image de son précieux trésor
Maintenant emportée par de noires rafales
Dans les eaux amères aux plaintes sépulcrales.

Sur le continent Mu vivent les Antipodes
Dont les pieds inversés vont rebrousser chemin,
Convertis, apostats, ils mystifient les codes
Tartuffe le matin et le soir bon Scapin.

La dame à la licorne attire les chasseurs
Sur sa tapisserie où va saigner son cœur,
Le Blemmye sans visage et le Monocle hautain,
D’un prieuré, pénitents, sont les seuls paroissiens.

Sur la croupe flamboyante des hippogriffes,
Trouvera-t-on enfin ces terres bienheureuses
Où coule le miel blond et danse la scabieuse
Où l’ardeur du soleil enflamme les hauts ifs ?

Eldorado, ce paradis du nouveau monde !
Ni tes fruits généreux ni tes mines d’argent
Ne feront oublier ces massacres immondes,
Ces ruées sauvages, ces rivières de sang.

Avalon, Avalon, ta montagne sacrée,
Noyée dans des brumes que suscite la fée,
Abritent des grands lacs d’émeraudes fumantes
Où brille Excalibur dans une main flottante.

La prestigieuse Asgard, ses palais de basalte,
Se sont tous effondrés dans un long hurlement,
Crépuscule des Dieux dans d'horribles tourments !
Quand le ciel s’assombrit, seule la mort s’exalte.

Au pays de Cocagne aux délices véniels,
Les panses sont gonflées comme Pantagruel,
Des cornes d’abondance offertes aux passants
Moisissent en-dessous d’un gibet menaçant.

Montségur fracassé, ce rocher du vertige,
Préserva en martyr le secret des Cathares,
Un St Graal mutilé, dépouillé de prestige,
Que quelques nazillons recherchèrent, hagards.

Des îles Salomon où coule le Pactole
S’embarquèrent jadis les colonnes du temple,
Qui à Jérusalem fut un féal symbole,
Avant d’être Salem aux brûlés pour l’exemple.

C’est sous l’Himalaya que s’étend l’Agartha*
Dans un cocon glacial dort le dernier archonte
Qui se réveillera quand sonnera le glas
Pour séparer les justes des fils de la honte…

Et combien d’utopies traversèrent les mers
Suscitant les désirs d’abolir les enfers,
D’ordonner les cités comme un grand horloger,
Une ruche immense où chaque homme est pétrifié.

S’il arrive au savant, enlacé à sa muse,
D’inventer des pays ou jamais rien ne s’use,
De voir comme une orange sa terre si bleue
Devenir fruit pourri, rejeté aux lépreux.

Qu’il se rappelle alors que toute perfection
Dans sa quête absolue engendre des démons,
Que si la pureté enchante les azurs,
Elle éclaire souvent les charniers de l’impur.

*L'Agartha est une cité, un royaume, ou un monde souterrain mythique. Sa de scription est apparue dans la littérature française au XIXe siècle au sein d'ouvrages romancés témoignant de légendes et de mythes hindouistes et bouddhistes. Le thème réapparaît au début du XXe siècle avec le témoignage, contesté, d'un universitaire aventurier ayant parcouru la Mongolie. Cette légende se lie ensuite aux mythes des mondes disparus (Hyperborée, Atlantide, Lémurie), et à partir des années 1950 aux théories de la Terre creuse. Il a été adopté par des mouvements New Age. L'Agartha est en général présentée comme un monde idéal dépositaire de connaissances ou de pouvoirs surnaturels.

Écrit par banniange
Quand le soleil de la culture est bas sur l'horizon,même les nains projettent des ombres de géant!
Catégorie : poèmes divers
Publié le 16/07/2017
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 17/07/2017 à 00:31:33
J'ai d'abord l'impression de parcourir une version poétique du "Matin des Magiciens", puis un conte enchanté ainsi que les Mille et Une Nuits, enfin un réceptacle de maints rêves humains de sociétés parfaites... Mais je découvre en fait un poème sublime d'équilibre entre le lyrisme romantique et une leçon morale bienvenue quant aux dangers totalitaires que recèlent souvent les désirs de sociétés rêvées pures et de civilisations élevées. Platon n'est pas loin.
Bravo Banniange d'offrir encore un de ces poèmes brillants dont tu as le secret ! Journée riche que ce dimanche en favoris...
jacou
Posté le 17/07/2017 à 07:47:23
Merci jacou c'est vrai que l'enchantement des utopies cache mal les totalitarismes qui y font suite!
banniange
Posté le 17/07/2017 à 11:39:36
Vos alexandrins sont superbes, et la lecture est très belle. J'apprécie fort ce sujets des cités disparues. Merci pour le partage !
Galerion
Posté le 17/07/2017 à 13:10:03
Merci pour ce charmant commentaire et je comprends bien votre attirance pour les cités enfouies puisque je la partage, ce poème a d'ailleurs été inspiré par l'ouvrage d Umberto ECCO : Histoire des lieux de légende, à recommander!
banniange
Posté le 18/07/2017 à 01:04:08
Une écriture très riche. La longueur de votre poème est très respectable pour un écrit très intéressant ! bravo Banniange.
suane
Posté le 18/07/2017 à 08:22:05
Merci Suane toujours fidèle au poste!
banniange
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

26/07 01:42jacou
Bonjour (tardif) a tous, poetes et visiteurs. Qu'un soleil doux rayonne pour vous.
26/07 07:57lefebvre
Bonjour, les poètes, chez moi le soleil illumine cette belle journée naissante.
26/07 07:31Iloa Mys
Bonjour Eric.
Bonjou r à tous.
Je passe vous lire tous les jours.
:-)
26/07 07:20eric
Bonjour Iloa ça faisait longtemps.
26/07 06:44eric
Opéra éditions est une maison d'édition qui publie dans le monde entier son fonctionnemen t est le même qu'Edilivre !
25/07 06:57CRO-MAGNON
L'art ou l'artgent, il faut choisir !
25/07 06:54jacou
La poésie est un art, gratuit et frivole comme tous les arts
25/07 06:48CRO-MAGNON
Autour de moi, j'ai offert de mes recueils pour faire plaisir, plusieurs fois on m'a demandé "T'as gagné combien sur les ventes ?"
25/07 06:44CRO-MAGNON
La poesie a toujours ete le parent pauvre de la litterature, la majorité des gens ne savent pas sortir de leur égoïsme, de leur médiocrité, si nous aimons ecrire, continuons et basta pour les autres.
25/07 06:20marinette
et je remercie ceux à qui j'ai donné et qui m'ont ignorée ici de passage sur terre
25/07 06:20marinette
si vous voulez un livre de moi je vous l'offre demandez ils vont périr avec moi
25/07 06:18marinette
ce qui est le plus triste c'est que vous offrez et vous n'êtes pas lu sans un mot de retour c'est à mourir de tristesse donc écrivons pour rien le ciel nous entendra
25/07 06:17marinette
je n'ai vendu aucun recueil mais j'en ai donné plein et acheté aussi beaucoup bôf la poésie c'est l'âme on ne la vend pas, l'ennui c'est de devoir la payer
25/07 06:03lefebvre
Bonjour, Jonathan, et merci d'avoir acheté mon recueil, grâce à toi je peux écrire que j'en ai quand même vendu un MDR.....( C'est ma seule vente!)
25/07 06:00lefebvre
J'ai acheté un exemplaire moi aussi...pour voir !
D'autres peut-être a la fin de l'année pour faire des cadeaux ?
Je comprends très bien ceux qui ne peuvent pas acheter, et qui pudiquement n'osent pas intervenir.
25/07 04:26feuille_au_vent
J'en ai acheté un exemplaire, je pense en prendre au moins un autre un peu plus tard
25/07 04:08masterofwar
Bonjour tout me monde,personn element j'ai pas achete puisque j'habite en Algerie et impossible de payer avec une carte banquaire de min pays
25/07 03:47Galerion
Toi tu es satisfait, c'est du point de vue personnel qu'il faut voir la chose non ?
25/07 03:16CRO-MAGNON
En résumé, si les propres auteurs n'achètent pas au moins un exemplaire pour eux, quel interet d'etre edité en commun ou non !
25/07 03:01CRO-MAGNON
Pardon, j'en ai acheté personnelleme nt 2 !

Qui est en ligne