Pour eux, chaque jour commençait leur nuit
Dans le ventre noir de leur mère antique,
Ils perçaient ses flancs désormais étiques,
Fouillaient ses viscères avec furie,
Grognant et suant, pressaient ses mamelles
D’où suintaient, épais, des jus de ténèbres,
Certains, accroupis crachaient des gravelles,
La chair lézardée comme un pauvre zèbre,
Abattaient, rageurs, des pérats monstrueux
Qui faisaient trembler le sol cloaqueux
Puis, hurlaient tel un cerbère rossé
Dont l’écho profond au loin s’écroulait.
Un cortège de bossus grimaçants
Titubait sur des rails enchevêtrés,
Ecrasé par un fardeau tout gluant.
D’autres, vrais cyclopes hallucinés,
De leur œil jaune cherchaient les fossiles
De ces mollusques mêlés à l’argile,
Parfois, ils trouvaient un elfe apeuré,
Un enfant horriblement sacrifié.
Ils voulaient vite le réconforter
Avec ces mots doux qui, hier, le bordaient
Mais leurs lèvres terreuses trop collées
Se plissaient de douleur et se taisaient.

Ils venaient tous d’un autre enfer,
D’une prison à ciel ouvert,
D’un abominable désert
Où des scorpions le ventre à l’air
Brûlaient en crissant de colère
Et des nuits froides de l’hiver
Dans des villages de misère
Où les nouveaux-nés qu’on enterre
Ont gardé leur beauté stellaire.
Italiens, Roumains ou Berbères
Chantaient une langue solaire
Aux mille parfums éphémères
Que leur avait soufflés leur mère
Quand ils suçaient leurs seins amers.

On entendait des craquements sinistres
Qui parcouraient, vibrants, ce ciel de bistre
Comme si un immense vaisseau de terre
Voulait se soulever du fond des mers,
Des chevaux aux regards fous se cabraient,
Cherchaient à piétiner quelques fantômes,
Puis, dans le labyrinthe, s’égaraient
Espérant retrouver leur beau royaume.
Et tous ces ilotes de l’anthracite,
Beuglant, braillant, injuriant leur destin,
Maudissaient en chœur le cruel Vulcain,
Serraient entre leurs mains quelques pépites,
Piochaient, martelaient et foraient des heures
Dans ce gouffre sombre où rampait leur cœur,
Anxieux, ils se retournaient vers la cage
Où des canaris* sifflaient tristement
Des refrains funèbres et obsédants,
Guettant ce silence de sarcophage
Que la mort, dans un vacarme puissant,
S’en viendrait fracasser en mille pleurs
Puis avalerait les corps purulents
Désormais inaptes pour ce labeur…

Là-haut, dans leur belle demeure,
Les barons du charbon en liesse
Remerciaient Dieu avec ferveur
De leur offrir tant de richesses,
Ils feraient de belles aumônes
En baisant les pieds d’une icône
De ce petit Juif mis en croix
Que le grisou n’épargna pas
Car ce mineur de l’âme humaine
Oublia, la dernière semaine,
L'oiseau qui devait l'avertir
Que, bientôt, il allait périr.

*Très sensible aux émanations de gaz toxiques, impossibles à détecter pour les hommes ne bénéficiant pas des équipements modernes, le petit oiseau jaune servait d’outil de référence.
Ainsi, lorsqu’il mourait ou s’évanouissait, les mineurs se dépêchaient de sortir de la mine afin d’éviter l'explosion du grisou.

Écrit par banniange
Quand le soleil de la culture est bas sur l'horizon,même les nains projettent des ombres de géant!
Catégorie : poèmes tristes
Publié le 10/01/2018
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 10/01/2018 à 16:45:30
un tableau infernal
marinette
Posté le 10/01/2018 à 16:49:09
Merci marinette et comme disait Saul de Parte ou Paul de Sartre, enfin...l'enfer c'est les hôtes!(c'est en tout cas le discours européen par rapport aux migrants...).
banniange
Posté le 10/01/2018 à 17:09:14
dantesque fascinant quelle écriture un talent affuté !!
romantique
Posté le 10/01/2018 à 17:25:02
Merci romantique pour ce commentaire qui me va droit au coeur...rassurez-vous, il n'explosera pas...
banniange
Posté le 10/01/2018 à 19:29:14
Lorsque tu as évoqué la cage aux canaris, j'ai compris quel était cet enfer sur Terre, ou plutôt sous Terre, que tu étais en train de dépeindre avec des accents à la Milton, dans ton poème toujours prenant car magnifiquement écrit. Je suis en train de lire "Une introduction à l'économie" titrée "La prospérité du vice", de l'économiste Daniel Cohen, et, justement, par hasard, j'en suis dans ma lecture arrivé à cet instant où le capitalisme de la première révolution industrielle, par une formidable régression de l'histoire de la condition humaine, envoya travailler des enfants de 7 ans au fond des mines... Marx évoque ce fait monstrueux dans son "Capital", d'une mère nourrissant son enfant sans que tous deux arrêtent leur labeur...
Merci beaucoup Banniange pour ton art de peindre en poète talentueux la misère de l'exploitation !
jacou
Posté le 10/01/2018 à 20:33:06
Terrible !! est un bien moindre mot pour dire l'horreur decrite dans le texte que je viens de lire...je suis moi même sensible à ces thèmes ..dans ces milieux professionnels les enfants et les femmes sont les premiers à être preservés ...les hommes aux postes doivent être protégés des risques à vie pour certains mètiers qui developpent des maladies apparaissant à long terme...mais ces lois sont actuelles ...et on comprend mieux donc leur importance en apprenant ce qu'ètaient les conditions avant ces lois...si en plus la descente aux enfers s'exercaient uniquement sur les faibles...bref...ça remue de l'émotion jusqu'aux dans les viscères...
Le texte est magnifique bien évidemment !
yubanca
Posté le 11/01/2018 à 13:09:09
Merci jacou, oui je connais l'ouvrage de Cohen que j'ai parcouru mais assez approfondi dans la même veine avec peut-être un accent plus "pessimiste", JC Michéa : Notre ennemi, le capital - W Streeck : Du temps acheté, l'un comme l'autre explore les racines du capitalisme radical actuel et les perspectives ne sont guère réjouissantes!
banniange
Posté le 11/01/2018 à 13:10:56
Oui, terrible Yubanca, mon père a vécu cet enfer minier, il s'en est sorti mais pour combien d'autre, si l'Europe s'est humanisée, que dire des mines du coltan en Afrique et des mines d'or en Amérique latine?
Merci de ta lecture!
banniange
Posté le 12/01/2018 à 13:29:59
Bouh...C'est cruel, horrible ! Un superbe poème qui retourne l'estomac... Merci Banniange pour ce beau travail d'écriture.
suane
Posté le 13/01/2018 à 15:52:53
Merci suane...de ta fidélité même si le texte n'est pas franchement folichon!
banniange
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

16/01 05:43lefebvre
Bonsoir, les poètes, que la pluie ne refroidisse pas votre créativité
16/01 11:50jacou
Bonjour Icetea !
16/01 09:07yubanca
Bonne journée à toutes et à tous... ...la mienne,agrémentée de vos poèmes..ne peut être qu'excellente !
15/01 07:53yubanca
Je le fais toujours avec grand plaisir Jacou :)
15/01 03:26jacou
Merci pour ton soleil en partage, Yubanca !
15/01 12:20yubanca
J'ai pour vous un peu de soleil...très bon lundi !
15/01 07:21jacou
Bonjour à tous ! Bon départ de semaine en poésie !
15/01 06:14lefebvre
Bonjour à toutes et à tous, je vous souhaite une très belle semaine !
14/01 10:04yubanca
La pluie n'a pas pris son dimanche..bel le journée les ami(e)s
14/01 08:19jacou
Un agréable dimanche aux poètes de toujours.
14/01 07:39lefebvre
Bon dimanche les poètes
13/01 04:04lefebvre
Alors un grand merci à Jacou, bonne soirée yubanca bises amicales
13/01 11:25yubanca
Bonjour Daniel...c'es t Jacou qui a partagé la citation :)
13/01 10:37lefebvre
Merci à Fluminis pour cette belle citation
13/01 10:12yubanca
fluminis était là ce matin...peut être qu'il a procèdé à des modifications ...mais je ne pense pas qu'elles disparaitront définitivement...
13/01 10:11yubanca
Bonjour Olivier...bonjour tout le monde...en effet les messages ne réapparaissent pas même après réactualisation de la page
13/01 10:10Dehorian
Onglet communanté ---> Forum et tout est la
13/01 10:10Dehorian
Ils ont pas disparu, c'est juste le raccourci en page d'accueil qui bug
13/01 09:47CRO-MAGNON
Disparition des messages du forum ! ? Explication
13/01 08:46Babel
Bon Week End

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 51 invités