Dans les bras d'un marais oublié depuis vieux
Les oreilles aux aguets elle lisse ses cheveux
Un petit jour fleurit sous son écrin feutré
La forêt endormie étouffe ses secrets.

Assise dans l'onde, presque immobile
Ses yeux vagabondent dans les reflets tranquilles
Au regard du matin elle montre sa peau nue
De vierge ou de catin, sauvage inconnue.

Car peu qui l'ont croisée au détour d'un chemin
Malheureux subjugués sont restés saufs et sains
Grisés par leur émoi ils se sont approchés
Et aucun villageois ne les a vus rentrer.

Nul frisson sur sa peau ne ride sa surface
Malgré le froid de l'eau, elle reste de glace.
Rebelle aux yeux de feu, elle se rit du brasier
Où le dernier curieux longtemps s'est consumé.

Sauvage et impie, magnifique et tabou
Sous les yeux ébahis, suscitant les jaloux
Elle ouvre sans pudeur, ses jambes et ses fleurs
Pour l'amour de son cœur, le printemps enjôleur.

Écrit par eliosir
Les paroles s'envolent et c' est tant mieux!! Les écrits ne savent pas ce qu'ils perdent !!
Catégorie : poèmes divers
Publié le 15/07/2017
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 16/07/2017 à 23:30:47
Très joli ! Féerique et enchanteur. J'ai une forte attirance pour la forêt de Brocéliande. Merci beaucoup, Eliosir.
suane
Posté le 17/07/2017 à 10:11:22
Merci chère Suane pour votre passage encourageant. J'aime aussi beaucoup Brocéliande et ses mythes et légendes. Je me suis aperçu que j'avais posté sur ce site un poème "elfique", il y a 10 ans. J'ai donc essayé de reprendre un thème similaire histoire de jauger un peu la flèche du temps.
eliosir
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

24/09 10:43Comtedesaintgermain
Je dois assister le Colosse, il y a des ennemis en vue.
24/09 10:42Comtedesaintgermain
Place à la Poésie mes amis : régalez-nous de vos féeries.
24/09 10:41jacou
Forcément...
24/09 10:40Comtedesaintgermain
Vous tournez autour du pot.
24/09 10:39jacou
Salut Cro !
24/09 10:38CRO-MAGNON
Je m'en vais de ce pas muser et m'amuser quelques moments, à vous revoir tantôt chers amis !
24/09 10:38jacou
Entre St-Hyacinthe, le C. des Bauges et A.-le-Jeune.
24/09 10:38Comtedesaintgermain
Pourquoi ce N patronyme d'un illustre personnage ?
24/09 10:37Comtedesaintgermain
Je ne le pense pas. G suivi de N et non de G
24/09 10:37jacou
Que j'essaie, Comte, de voir plus clair en vous.
24/09 10:35CRO-MAGNON
Gaël Germain
24/09 10:34Comtedesaintgermain
Sérieusement.
24/09 10:34Comtedesaintgermain
Vous avez écrit G suivi de N que cela signifie-il ?
24/09 10:32Comtedesaintgermain
Oui la Poésie martyre des cités.
24/09 10:31jacou
Bon, revenons à la poésie, maintenant... "Dans Arles, où sont les aliscams..." (Paul-Jean Toulet)
24/09 10:28Comtedesaintgermain
Je reprenais un des protagonistes de sa citation : je me voyais mal dire dans le dos comme un écureuil, toutefois j'aurais pu tout aussi bien dire qu'elle me casse les noisettes.
24/09 10:26Comtedesaintgermain
j'ai N Cad ?
24/09 10:24jacou
Oh ! Elle n'a pas été méchante, monsieur G.N...
24/09 10:23Comtedesaintgermain
De plus elle m'a critiqué pendant mes ablutions, dans mon dos comme une vipère.
24/09 10:22Comtedesaintgermain
Pas comprendre LA FRANCE !!!

Qui est en ligne

  • Membres :
  • grele
  • Et aussi :
  • 61 invités