-Madame, que faîtes-vous dans cette fâcheuse position?

-Ne m’en parlez point, ma fierté est à plat. Depuis que l’odeur du printemps est apparue à mes narines, l’envie m’est venue d’étendre mes jolies robes sur cette corde de fortune. En m’étirant de tout mon long, j’ai entendu un craquement, maintenant, mon dos ne répond plus.

-Appuyez-vous sur moi, chère dame. Je vous sortirai de cette indésirable condition.

-Ma douleur est trop vive, pour faire quelques efforts que ce soit, il me faudrait un ange, pour me soulever avec grâce.

-Vous auriez dû, madame, laisser corvée de lessive à une jeune demoiselle.

-Je l’avoue, j’ai fait du zèle, en ignorant ces cheveux blancs naissants qui orne ma chevelure. Ah! Je l’aurais récompensé comme il se doit, cette demoiselle, oui, d’un sourire et d’un torchon. Je vous prie, monsieur, allez me chercher l’apothicaire et un artiste de cirque. Avec la souplesse de ce dernier, il saura me déplier sans que mes cris alertent les alentours. L’apothicaire, par ses bonnes herbes, saura me remettre sur pied,le temps de le remercier.

-Mais, madame, la noirceur arrive à grands pas. Je ne saurai trouver chemin à pied et sans lanterne. Laissez-moi donc vous aider, vous vous en porterez mieux.

- Aie! Arrêtez-vous de suite! J’ai l’impression que mes vertèbres ont cédé. Je les sens vibrer comme touches de xylophones. J’ai perdu tout maintient et toute resistance.

-Entendez-vous ces jappements, madame? À votre place, j’aurais quelques sueurs froides. Imaginez que vos os disloqués atterrissent sur le sol, les chiens, attirés, par leur fraîche odeur, sortiraient vite fait pour les dévorer d’un coup de dent.

- Quelle horreur ce serait! Vous me faîtes peur! Restez avec moi, sinon, toute la nuit, je cauchemarderai, sans pause, aucune.

-Madame, voilà des heures que je m’évertue à vous offrir aide et réconfort, que vous rejetai du revers de la main, au profit de plus qualifié à vos yeux. Alors, de ce pas, je vous quitte, pour ne plus entendre votre déraison. Peut-être au lever du soleil, j’irai voir l’homme à tout faire, pour rendre compte de l’état de votre corde à linge, en mauvaise posture je l’avoue.

Écrit par fee-de-ble
la beauté est là où on s'y attend le moins
Catégorie : poèmes divers
Publié le 06/09/2018
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 06/09/2018 à 21:14:17
"Elles triaient lavaient étendaient repassaient parfumaient pliaient rangeaient et quand c'était fini, recommençaient." (Extrait du film les lessiveuses de Yamina Zoutat)
Texte très bien imagé, et c'est très original comme façon de rendre hommage aux travailleuses de la propreté. Amitiés :)
barateur
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

19/11 08:46yeshua
merci père dodu
19/11 08:46yeshua
je reviens en force avec un chouette poème à dimension christique
19/11 10:41Yuba
Bonjour Georges, bonjour Zigzag..bonjo ur aux rêveurs d'évasions sans frontières...
19/11 08:08jacou
Bonjour à tous, ouvrez-nous encore ce jour le vaste domaine de vos poésies !
18/11 06:30Zigzag
Perdu des poemes écrits à la main, donc un peu de mauvaise humeur passagère
18/11 06:29Zigzag
Salutations!
18/11 03:17jacou
Bonjour Assia, Daniel, Marine.
18/11 02:13grêle
Je vous souhaite sur icetea un excellent dimanche gorgé de poésie chaleureuse
18/11 11:54lefebvre
Bon dimanche ensoleillé à toutes et à tous
18/11 10:20Yuba
Bonjour et excellent dimanche à toutes et tous ..ici il s'entame sous musique pluviale ...
18/11 09:44jacou
Bon dimanche.
18/11 12:32jacou
Puisses-tu revenir parmi nous bientôt, te blottir au cœur de toi, et faire rayonner la lumière de ta générosité et de ta gentillesse qui nous a illuminée ici.
18/11 12:30jacou
Bonsoir douce Suane, je te souhaite une nuit consolatrice. Les épreuves de la vie que nous surmontons élèvent nos âmes en êtres de lumière...
18/11 12:16suane
Belle et douce lumineuse nuit...Prenez soin de votre âme... Amicalement.
18/11 12:15suane
Bonsoir à tous, je m'absente quelque temps afin d'accompagner un être cher sur le chemin de la consolation, éclairer son présent jusqu'à devenir une étoile...
17/11 10:58jacou
"Ce sont amis que vent emporte / Et il ventait devant ma porte..." (Rutebeuf)
17/11 10:49jacou
Bonjour ami(e)s que la poésie transporte, et il poétisait devant ma porte...
16/11 10:57Yuba
Bonjour Georges , bonjour Weedja et bonjour à tous les passeurs de mots sur ce pont de poésie...
16/11 09:44jacou
Bonjour la Compagnie des Poètes : troubadours, trouvères, aèdes, chanteurs...
15/11 01:47Weedja
Très bonne idée afin de contrer le changement de saison.

Qui est en ligne