Le Village.
« A travers le feuillage souffla le doux zéphyr
Qu'à peine l'aile d'un papillon, fit frémir,
Au passage, un lampyre souleva sa paupière,
« Personne ne dérange ainsi un coléoptère! »

Ces images me reviennent, des bons-points de l'école
Ou d’une leçon de choses entre deux cabrioles,
Mais qu'il faisait bon vivre, en ces temps-là, sur terre :
Ces souvenirs d’enfance ont l’odeur de bruyère,
De champignons sauvages, de châtaignes en automne.
L’hiver au long manteau, blanc, triste et monotone,
Nous assistions rêveurs au printemps qui s’éveille
Le bourgeon à la fleur, le raisin à la treille,
Nous annoncions l’été d’une grande farandole
A travers le village pour la fin de l’école,

Le Ponant répandait les effluves de chêne,
De cèdre centenaire, de genêt, de troène.
Sur les chemins gravés d’’empreintes de nos courses
Nous buvions l'eau glacée jaillissant d’une source.
Les plaines et les vallées exposaient leurs couleurs
Les prairies et les champs éclataient de leurs fleurs.
Sur les hauts pâturages les bovines paissaient
Et les enfants d'ici se gavaient de leur lait.

L'herbe poussait grasse et dans les champs de blé
Les épis flamboyants, par le vent ondoyé,
Remplissaient les boisseaux d'une juste mesure,
Et la vie coulait simple, paisible, sans césure.
Quelques buches dans l’âtre nous chauffaient pour la nuit
Et le crépitement des flammes, le seul bruit.
La fumée sur les toits recouvrait la commune
Bleutée d’une clarté arrivée de la lune.

Quelquefois un noctambule oiseau voyageur
Ecervelé, oublieux de l'endroit, de l'heure,
Venait s’abriter sous l’auvent des terrasses
Craignant de trouver sur sa route un rapace.

La lumière, quoique faible, suffisante en ces lieux,
Eclairait nos logis mais nous gâtait les yeux.
En classe, nous apprenions l'école buissonnière,
Le nom des arbres, des fleurs, des plantes printanières,
Quelques rois fainéants, de longs fleuves tranquilles
Avec des professeurs qui venaient de la ville.
Nous allions dans les bois comprendre la nature,
Les sciences, la biologie, toutes créatures,
Les leçons de morale, le ramage des oiseaux,
Et dans les vastes prés, Molière, Victor Hugo.

Nous aimions nos aïeuls, la famille, nos parents
Ils nous apprirent la pêche, la chasse, d'où vient le vent,
Nous écoutions l’ainé, près de l’âtre brûlant
Raconter ses battues où la chasse aux faisans.
Nous avions du respect pour les gens du village
Quelque soit leur métier et quelque soit leur âge,
Dans nombre de maisons ouvertes la journée
Nous y trouvions bonbons, gâteaux, un verre de lait,
Pour le goûter, pain et confiture de cerises
Rassasiaient notre faim: le clocher de l'église
Cadençait les années au rythme des saisons.
Pas d'évangélisme ni de trop longs sermons
De l’abbé du diocèse, le dimanche à la messe,
Pas de Duc, de Marquis, aucun titre de noblesse,
Tout ce monde logeait jusqu’à la même peine
Qu’on dorme dans la soie ou sous un drap de laine.
Ainsi donc s’écoulèrent nos premières années
Qu’aujourd’hui nos enfants ne peuvent imaginer.

Je repense souvent, après d’années d’errance
Aux souvenirs d’antan, à notre tendre enfance,
A notre beau village perché sur sa colline
Entouré d’amandiers, d’acacias, d’aubépines,
Et je me dis que Dieu lui a négligemment
Jeté du haut des cieux une pluie de diamants
Et de perles de lune, pour voir du firmament
S’illuminer la nuit de ses reflets d’argent.

Écrit par namathhura
tenir et durer
Catégorie : poèmes divers
Publié le 15/07/2017
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 15/07/2017 à 20:00:37
Votre poème m'a comme transportée dans une autre atmosphère. Il commence de manière assez subtile (vous saisissez une anecdote, un détail) avant d'étendre vos souvenirs. Il sait être nostalgique tout en restant réaliste. J'habite en ville et n'ai jamais connu ce paradis perdu lors de ma longue existence (j'ai seize ans;) ).
Zigzag
Posté le 15/07/2017 à 20:20:39
Chère Zizag, c'est une série de souvenirs dont "La Châtelaine"fait partie et que je poste sur Icetae Fluminis selon mon humeur du moment.
Merci donc pour votre commentaire judicieux et je suis très heureux que montexte vous ait touché.
namathhura
Posté le 16/07/2017 à 10:04:40
c'est magnifique et si plein de nostalgie
et nous allons tous vers la fin de ce beau rêve
quel qu'il ait été
merci
marinette
Posté le 16/07/2017 à 12:05:38
C'est un poème d'une beauté à couper le souffle. Merci Namathhura pour ce sublime partage. Je m'empresse de le classer parmi mes favoris, et sa relecture illico s'impose pour en goûter tout le suc ! Ah, la nostalgie !
jacou
Posté le 16/07/2017 à 22:10:29
Merci Jacou, je prends votre commentaire avec beaucoup de modestie tant ce texte m'a fait du bien de l'écrire, il n'a qu'une paire de mois et n'a subit que peu de correction.
Alors encore merci pour cette récompense de votre part et cous aussi Marinette.
namathhura
Posté le 17/07/2017 à 00:52:28
Grandiose ! Merci de nous faire partager du partage ! Très belle lecture.
suane
Posté le 19/07/2017 à 08:18:57
Superbe, j'ai l'impression d'avoir connu ce village là!
Errant
Posté le 20/07/2017 à 08:38:41
Ce lieu existe, il s'agit d'un petit village dans le Gard, ISSIRAC.
Mais nous en avons tous un dans le coeur.
Merci à vous.
namathhura
Posté le 29/07/2017 à 15:58:27
quel bonheur !!!
celui de mon cœur m'attend pour quelques jours de vacances
...lui aussi brille de mille diamants

la vie est belle :)lorsqu'en nous il y a tant de beauté ISSIRAC cela sonne si bien...

à bientôt *
MARIE L.
Posté le 01/08/2017 à 10:15:13
He bien, bonnes vacances Marie L; Ramène-nous de merveilleux poèmes.
Merci.
namathhura
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

25/09 12:53jacou
Mélange de théorie scientifique et d'Ecclésiaste ...
25/09 12:13jacou
Nous sommes nés poussières d'étoiles, nous retournerons à la poussière de notre argile cendreuse.
25/09 12:03CRO-MAGNON
Non ! Juste un fragment d'étoile, une poussière du big-bang !
25/09 12:02jacou
Zeus a eu 30 enfants, dont les Muses.
24/09 11:57jacou
Es-tu Zeus ?
24/09 11:54CRO-MAGNON
600 enfants ! Comment pourrais-je les renier !
24/09 11:50jacou
Cependant, je suis plus proche des 600, car je renie plusieurs dizaines de poèmes de 2014, et puis il y a des rééditions aussi...
24/09 11:46jacou
Merci Suane !
24/09 11:45jacou
Je n'en doute pas, Cro.
24/09 11:45suane
Lol Jacou. Bravo à tous les deux !
24/09 11:42CRO-MAGNON
Objectif 1000 et 1 poèmes, il sera atteint !
24/09 11:40jacou
J'en ai 680 à ce jour, na na na na nère...
24/09 11:39jacou
Félicitations , Cro !
24/09 11:37CRO-MAGNON
aujourd'hui 600eme poeme ecrit !
24/09 02:21Comtedesaintgermain
24/09 02:20Comtedesaintgermain
Bon après-midi.
24/09 02:20Comtedesaintgermain
Je suis en plein air avec mon tel.
24/09 02:19CRO-MAGNON
Bon je te souhaite une bonne après midi, je vais m'aerer par ce bel après midi !
24/09 02:19Comtedesaintgermain
Aussi ne pas chercher à avoir le dernier mot.
24/09 02:18CRO-MAGNON
Un principe s'adapter !

Qui est en ligne

  • Membres :
  • suane
  • Modérateurs :
  • jacou
  • Et aussi :
  • 44 invités